“ Race ” et accouchement

‘ Race ’ et l’accouchement par Savita Katbamna. Open University Press, £ 18.99, pp   144. ISBN 0 335 19946 1. Note: ★ ★ ★ Meg Stacey, professeur émérite de sociologie à l’Université de Warwick, a récemment commenté avec honnêteté caractéristique qu’une grande partie de la recherche sociologique précoce sur l’accouchement a été réalisée par les gens qui voulaient améliorer les choses pour les gens comme eux polyarthrite rhumatoïde. Ils se sont involontairement impliqués dans un échec de reconnaître comment nous rendons invisible les expériences, les croyances et les pratiques de “ d’autres &#x0201d ;. Cet aveuglement que la médecine et l’université ont partagé avec d’autres institutions britanniques, fournit un terreau fertile au racisme et nous appauvrit tous, personnellement et professionnellement. Peut-être que, comme moi, le rappel de vérités inconfortables vous rend souvent éteindre. Mais Savita Katbamna est en avance sur nous. Au lieu de prêcher à ceux qui se disent croyants de toute façon, elle expose quelque chose de beaucoup plus invitant. Elle nous donne des connaissances auxquelles nous aurions difficilement accès, avec des arguments réfléchis et équilibrés. Cela nous ouvre les yeux sur des choses que nous connaissons peu, mais qui sont importantes pour les gens avec lesquels nous vivons et travaillons. Le style d’écriture est trompeusement simple. Le corps du texte présente les expériences diverses des femmes d’origine hindoue et musulmane du Bangladesh et du Bangladesh, alors qu’elles négocient leur chemin entre le système médical britannique et les pratiques de santé traditionnelles. L’auteur discute, entre autres sujets, de la politique sexuelle de la conception, de la perception des états de santé et de la gestion de la santé des mères et des nourrissons par l’alimentation et d’autres moyens. Elle aborde ces questions avec sensibilité, en s’appuyant sur ses entretiens approfondis avec 30 femmes ainsi que sur d’autres informateurs clés travaillant dans les milieux hospitaliers et communautaires. Le livre n’est pas purement descriptif. En abordant ces sujets, Katbamna révèle la diversité des expériences entre les deux groupes de femmes, soutenant qu’il n’y a aucune raison de traiter de la même manière toutes les femmes sud-asiatiques. Elle explore les tensions entre les cultures dominantes et minoritaires, et entre les pratiques biomédicales occidentales et les pratiques traditionnelles d’accouchement. En ce sens, le livre se connecte avec la littérature grand public existante sur la médicalisation et l’hospitalisation de l’accouchement. Cela soulève des questions sur les catégories utilisées dans de nombreuses recherches sur les services de santé, la réification de la culture et de l’ethnicité, et la tendance des groupes majoritaires à définir et à localiser les problèmes et les problèmes de santé. en groupes minoritaires ou moins puissants. ‘ Race ’ L’accouchement devrait intéresser non seulement les praticiens désireux de comprendre les expériences des femmes en âge de procréer, mais aussi les chercheurs et les étudiants dans un large éventail de sciences médicales et sociales. Les politiques de la recherche, qui sont impliquées dans ces questions plus vastes, font qu’il n’est peut-être pas surprenant que l’on ait si peu publié sur ce sujet; La contribution opportune de Katbamna est d’autant plus précieuse.