Surdosage de paracétamol sévissant chez les jeunes

Les jeunes australiens sont de plus en plus nombreux à faire du paracétamol parce qu’ils pensent que si on les achète en vente libre, ils doivent être en sécurité, craignent les experts en santé publique.

Une étude portant sur des personnes admises au service des urgences de l’hôpital Geelong entre 2008 et 2013 a révélé que la majorité des victimes d’overdose de paracétamol étaient des femmes âgées de 15 à 24 ans.

Le nombre de personnes surdosées a augmenté lentement au fil du temps, atteignant un sommet pendant la période de juillet à septembre, comme indiqué dans The West Australian.

Présentant les données à la conférence de l’Association de santé publique de l’Australie à Perth cette semaine, Matthew Dunn, chercheur à l’Université Deakin, a déclaré que seulement 5% des patients avaient utilisé le paracétamol pour tenter de se suicider, le reste prenant trop de médicament accidentellement.

Heureusement, sur les 382 cas de paracétamol examinés, personne n’est décédé et 59% des patients sont rentrés chez eux peu de temps après avoir été vus par le personnel de l’hôpital.

Les résultats étaient un avertissement aux pharmacies qu’ils ne devraient pas «vendre» des produits tels que le paracétamol, a déclaré le président national de PSA, Grant Kardachi, à Pharmacy News.

Les «spécialités» de produits tels que le paracétamol, combinées à d’autres incitations utilisant des médicaments pour attirer les clients dans les magasins, ne correspondent pas aux principes de qualité de l’utilisation des médicaments, qui sont le moteur de la profession pharmaceutique dans son ensemble. « 

M. Dunn a dit qu’il ne savait pas si faire du paracétamol un médicament en vente libre aiderait à empêcher les jeunes d’en abuser.